Bienvenue sur le site officiel de "Sentence"

France, 2030. Depuis 18 ans, le pays vit en complète autarcie, le peuple a fait sa révolution en 2012, remerciant violemment la classe politique au pouvoir et donnant carte blanche à une nouvelle élite : les journalistes.

Longtemps cantonnés au seul rôle de contre-pouvoir indépendant de toute idéologie politique, les médias ayant dénoncé tout au long du siècle naissant les excès et les affaires des hommes et femmes politiques, prennent les rênes du pays et instaurent un nouveau système politique où le gouvernement est remplacé par le groupe de presse le plus influant. Ne désirant pas tomber dans l'ivresse du pouvoir, les groupes de presse se relaient dans un premier temps pour assurer la transparence et prouver au peuple que l'ancien temps est révolu. Depuis 5 ans maintenant, Newsprod gère le pays. À sa tête, Anthony Camier heureux producteur de l'émission de téléréalité la plus connue de l'Hexagone : SENTENCE.

Le but de l'émission : rendre la justice. Les téléspectateurs sont les jurés. Les procès ont lieu en prime time et chacun décide de la culpabilité ou de l'innocence des prévenus. Jugement suprême : la peine de MORT.

Le téléspectateur apprendra vite à ses dépens que de juré à accusé, le chemin peut être très court. Alors, rendez-vous tous les soirs à 18 h sur la première chaîne, car aujourd'hui c'est peut-être votre tour.

Les lecteurs, ils en pensent quoi ?

Frédéric S. : Je viens de dévorer (c'est le mot ; et venant de moi, vous vous doutez qu'il s'agit là d'un piètre euphémisme), cet opus en moins de 4 heures. Je recommande à tous mes amis en mal de cadeau de fin d'année, sincèrement CE thriller signé Hervé Croenne, qui signe la déroute iconoclaste incontournable d'une société affichant les limites de sa décadence géo-politico-économique en berne, ce qui n'est pas sans rappeler un mélange subtil entre Orwell (1984), Azimov (Les cavernes d'acier) et bien entendu Robert Sheckley (Le prix du danger, adapté au cinéma 2 fois). Insomniaques, ne surtout pas s'abstenir. Se lit d'une traite comme un très bon polar. Un conseil : éteignez la télé, servez-vous un bon Nikka from the Barrel sans glace et laissez le charme agir. Vous ne regarderez plus jamais la télévision comme avant. Le problème, c'est que l'auteur est ici très en avance sur son temps. Comment dit-on déjà ? Avant gardiste ? Visionnaire ? J'espère pour nos enfants que NON ! Moi qui suis passionné de Franck Thilliez, j'avoue avoir ici été bluffé. Et si je fait la promotion de cet ouvrage, ce n'est pas parce que j'ai un affinité quelconque avec l'auteur, mais qu'en ces temps difficiles, un coup de main pour un grand talent de l'intrigue mérite notre assistance. La suite, c'est vous qui décidez.

Edmond H. : Je pensais le sujet propice à l'élaboration d'un navet mais j'ai découvert une fine observation de notre époque, une pincée de persiflage politique, quelques désirs de voir certaines choses changer exprimés à l'insu de leur plein gré par les protagonistes, le tout liés pour en faire un bon roman qui m'a bien délassé de la vie réelle dans laquelle certains des phénomènes évoqués existent bel et bien.

Sabine B. : Les vrais méchants sont punis mais il y en a encore qui prendront la place. La réflexion sur les politiques et médias est très intéressante mais guère optimiste...

Valérie R. : D'habitude, je ne lis pas de thriller. Mais celui-là, je l'ai dévoré, en plein salon de Somain, le reposant à regret dès qu'il y avait du monde. J'ai été limite mal élevée. Et il m'a empêché de dormir parce que le monde horrible qu'il dépeint n'est pas si loin de nous...La faute à qui? À SENTENCE, le roman de ce diable d'Hervé Croenne. Hé oui !

Marie-Hélène L. : Je viens de terminer Sentence. Un thriller époustouflant, une intrigue géniale qui fait froid dans le dos. Bref, que du bonheur ! Merci Hervé !

Jean-Charles D. : Salut Hervé! J'ai terminé ton dernier livre. emballé! Je pense qu'il y aurait même une possibilité ciné. on y trouve de tout y compris une reflexion sur les dérives médiatiques qui sont déjà notre lot.

Paskal C. : Je viens de terminer ce thriller de Hervé Croenne. Je me suis régalé ! le suspens est présent du début à la fin et en plus ce roman fait réfléchir sur la société actuelle. Bravo ! ..... J'ai vraiment beaucoup aimé et la construction lui donne beaucoup de rythme... J'espère juste que tu te trompe et que nous ne vivrons jamais cela... Mais bon, je crois bien que cela à déjà commencé....

Gilles C. : Voici mon avis, qui vaut ce qu'il vaut.
D'un point de vue littéraire, je trouve Sentence très bien écrit, on sent la maturité de l'auteur et il imprime avec succès le rythme qu'il souhaite donner à cette aventure.
Sentence est captivant, composé de personnages intéressants aux personnalités complexes et attachantes. Le livre est bourré d'idées qui donnent à réfléchir et de situations cocasses - voire dérangeantes - dont le point de départ est la caricature d'un futur pas si lointain et vers lequel nous dérivons à vitesse de croisière. Le rythme est très soutenu, aucun temps mort, place à l'action. Les fans de cinéma et plus particulièrement des films spectaculaires en auront pour leur compte.
Toutes les bonnes choses ont une fin ; celle de Sentence, de par son rythme soutenu, arrive vite. Lorsqu'on aborde les dernières pages, on se dit : "Non, pas déjà! Donnez-en moi plus!". On en redemande, on a envie que ça continue et que l'auteur nous amène encore plus loin dans son univers fictionnel.
Bref, j'ai personnellement pris beaucoup de plaisir à lire ce livre et je l'ai déjà recommandé aux personnes autour de moi, dont vous qui lisez ces quelques lignes.

Vincent G. : La France en 2030 est une société repliée sur elle-même et coupée du monde. La révolution de 2012 a retiré à la France son statut de membre permanent de l’ONU. Les frontières se ferment et le pays vit en complète autarcie. Les acquis sociaux du siècle précédent sont abrogés et on rouvre les mines de charbon. La révolte a entraîné la chute des élites au pouvoir, abattues par le peuple, lassé de leurs magouilles et de leur corruption. Un nouveau pouvoir s'est installé, celui de la communication et de l'information. Dans cette France ruinée et isolée du concert des nations, les journalistes qui ont pris le pouvoir utilisent les médias comme outil de domination des masses. Leur émission phare : "Sentence", parodie de procès où il appartient aux téléspectateurs de juger et condamner. Sur un thème d'actualité, celui de la prolifération des émissions de TV racoleuses et voyeuristes, l'auteur signe ici un thriller futuriste, pessimiste et dérangeant sur ce que pourrait devenir notre société, soumise à la dictature des médias et de l' audimat, dans laquelle les héritiers spirituels d'une blonde décérébrée et de son bellâtre ayant connu leur heure de gloire dans une piscine (pas olympique!), sont les nouvelles icônes de notre jeunesse, pour qui le but ultime est d’être vus et reconnus, alors qu'ils ne sont en fait que des produits consommables, destinés à être jetés après usage. L'écriture est très dynamique, le récit est découpé en chapitres courts, ce qui contribue à donner du rythme à l'ensemble. En résumé, un roman noir, très noir, qui nous donne la vision de ce que pourrait être un possible futur.

Acheter le livre

COMMANDER

Suivez nous

 

Ils en parlent

EDIMAG